La nouvelle version de Follow Metrios est en ligne et disponible sur IOS et Android.

Ce qu’on a mit à jour ?

  • Amélioration et corrections de la création de compte
  • Corrections des bugs de saisies de données
  • Exportation des données et rapport automatique
  • Création des bilans de consultations et archivages des documents (prescription et ordonnances, analyses, etc)

application follow metrics  application follow metrics

Découvrez-vous même toutes les nouveautés de FOLLOW METRIOS en téléchargeant l’application si ce n’est pas déjà fait ou en la mettant à jour directement !

Follow Metrics disponible sur iOS        

sexualité et endométriose follow métros

La semaine dernière on vous parlait des bienfaits de la naturopathie pour agir sur les symptômes de l’endométriose. Aujourd’hui on revient vers vous en compagnie de Magalie Benoit, sexologue, disponible en téléconsultation (prendre rendez-vous). En effet, l’endométriose est une maladie qui provoque des douleurs intenses et augmente le risque d’infertilité chez les femmes qui en souffrent. Directement impactée par la maladie, la sexualité est encore trop peu abordée par les médecins mais aussi par les patientes elles-mêmes.

Qu’est-ce que la sexologie ? 

La sexologie s’intéresse à l’étude de la sexualité et de ses troubles, mais aussi des comportements amoureux, de la forme sociale des rapports sexuels. La discipline englobe ainsi plusieurs domaines, comme la biologie, la sociologie, l’anthropologie ou encore la psychiatrie.

Adapter sa sexualité à son endométriose

L’endométriose peut être à l’origine de douleurs pendant un rapport sexuel, aussi appelées dyspareunies (il existe plusieurs types de dyspareunies), mais également une baisse de la libido. En effet, l’appréhension de la douleur ne favorise pas le désir sexuel. La peur d’avoir mal pendant un rapport créé un blocage psychologique et les femmes n’ont souvent pas envie d’essayer d’avoir une relation sexuelle. L’incertitude de pouvoir concevoir peut également générer de l’inquiétude. C’est pourquoi la relation de couple peut être affectée. Dans cette situation, le conseil d’un psychologue/sexologue peut être utile afin de retrouver un équilibre qui convient à chacun. Consulter un spécialiste pour une prise en charge psycho-sexuelle peut s’avérer être bénéfique via différents aspects : 

  • Parler de son expérience personnelle avec l’endométriose
  • Conseils sexologiques : positions sexuelles pour éviter les douleurs
  • Travaille sur l’appréhension de la douleur grâce à différentes méthodes de relaxation
  • Proposer des solutions naturelles à base de plantes pour soulager les symptômes de la maladie, en complément des traitements médicaux

 

Un petit mot de notre sexologue, Dr Magalie Benoit :

« Je me présente, je suis Magalie Benoit, je suis docteure en psycho-sexologie, diplômée en médecine et biologie de la reproduction et en psychothérapie.

J’ai souhaité proposer un accompagnement de sexologie aux patientes atteintes d’endométriose, et aux couples dont la partenaire souffre de cette maladie. Nous entendons souvent parler de l’endométriose comme étant une pathologie ayant un retentissement certain sur la fertilité et provoquant des douleurs insupportables pour certaines femmes. Mais ce qu’on ignore plus aisément c’est que c’est aussi une maladie qui peut impacter très fortement la sexualité des femmes et donc des couples.

La sexologie autour de l’endométriose telle que je la conçois permet d’adapter sa sexualité à ses troubles, à ses difficultés, aux cycles et aux douleurs ressenties…soit à SON endométriose.

Mon accompagnement a pour particularité de rendre la patiente autonome, par l’apprentissage d’exercices d’auto-sophronisation, de sexothérapie et de psychothérapie. Cette méthode permet d’acquérir seule ou en couple des techniques qui pourront être utilisées dès que le besoin s’en fait sentir; devenir son propre thérapeute et se réapproprier sa sexualité, même avec la maladie. »

 

 

soulager les symptômes de l'endométriose grâce à la naturopathie follow métrios

Dans cet article vous découvrirez ce qu’est la naturopathie et en quoi elle peut agir sur les symptômes liés à l’endométriose et pourquoi elle peut améliorer considérablement votre qualité de vie. Cette médecine est bien évidemment disponible en téléconsultation. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec l’un de nos paramédicaux sensibilisés à l’endométriose.

Qu’est-ce que la naturophatie ? 

Reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) comme étant la 3è médecine traditionnelle, aux côtés de la médecine traditionnelle Chinoise et de la médecine Ayurvédique, la naturothérapie est une médecine holistique, qui prend en considération tous les aspects de la personne et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause. C’est une médecine avant tout préventive. La naturothérapie vise à maintenir et/ou rétablir la santé par des moyens naturels.

La naturopathie pour accompagner les symptômes liés à l’endométriose

soulager les symptômes de l'endométriose grâce à la naturopathie follow métrios

La naturopathie grâce à de nombreuses méthodes, peut aider à vous soulager avec des méthodes naturelles :

  • Par la nutrition

L’inflammation est l’un des symptômes les plus importants et les plus gravant de l’endométriose. Mais il est possible d’agir sur ce symptôme grave à la nutrition. En effet, opter pour alimentation dite « anti-inflammatoire » pourra réduire les douleurs liées à l’endométriose permettra d’améliorer votre qualité de vie.

  • Gestion du stress

Le stress, sous toutes ses formes augmente l’inflammation et donc la douleur. Les femmes atteintes d’endométriose sont très souvent en proie à la fatigue chronique et on besoin de plus de repos, cette pathologie étant épuisante aussi bien physiquement que moralement, il faudra donc en tenir compte.

  • Activité physique

Une activité physique régulière est bonne pour la santé de tous. En effet, elle améliore non seulement la condition physique mais influence aussi positivement le psychisme notamment par la libération d’endorphine qu’elle procure.

Pour les femmes atteintes d’endométriose, le sport n’améliorera pas seulement le bien-être, il aura un effet favorable sur l’ensemble du corps et donc sur la santé en général. Opter pour une activité physique adaptée, peu intense mais régulière : marche, pilates, yoga…

  • L’aromathérapie et la phytothérapie

Les plantes peuvent également vous aider à trouver un équilibre, atténuer les douleurs, reminéraliser votre corps, vous détendre et trouver le sommeil…

 

Un petit mot de notre naturopathe, Caroline Ruelle : 

« À travers l’alliance de la naturopathie et du yoga, mon objectif est de vous accompagner au mieux pour faire face aux problématiques causées par l’endométriose.

Via la naturopathie, je focalise toute mon attention sur votre personne (physique et psychologique) et apporte les conseils les plus adaptés à votre personnalité et à vos besoins grâce à des techniques exclusivement naturelles.

Ex.: Alimentation anti-inflammatoire, activité physique douce, gestion des émotions, phytothérapie, hydrologie, etc.

Via le yoga, je propose des techniques respiratoires (pranayamas) et des postures (asanas) adaptées et personnalisées, que vous pourrez reproduire dès que besoin.

Grâce à la naturopathie et au yoga, je vous propose un accompagnement complet et personnalisé

afin de : soulager vos douleurs, vous aider à mieux appréhender et désamorcer les symptômes, vous soutenir dans votre vie quotidienne. »

 

sophrologie et endométriose follow metrios

Touchant près d’une femme sur 10, l’endométriose est responsable de douleurs souvent invalidantes pour les femmes qui en souffrent. Face à ce que la maladie inflige à l’organisme, les femmes atteintes d’endométriose ont du mal à retrouver une harmonie avec leur corps. La sophrologie fait partie des spécialités disponibles en consultation pour l’endométriose (prendre rendez-vous), elle peut s’avérer être une aide très précieuse pour celles qui sont atteintes de cette maladie chronique. Elle permet non seulement de soulager les douleurs, mais également de sortir de l’isolement et du silence. Aujourd’hui, on vous propose d’en savoir plus.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est une approche psychocorporelle inventée par Alfonso Caycedo, un médecin neuropsychiatre colombien dans les années 1960. Il a fait une synthèse de plusieurs disciplines comprenant des techniques de relaxation du début du XXème siècle. Cela donne une approche qui a différentes indications et qui permet de se faire du bien aussi bien physiquement et corporellement que psychiquement et mentalement.

Quels bénéfices pour les femmes souffrant d’endométriose  ?

 

  • Apaise les douleurs

L’un des principaux symptômes liés à cette pathologie : les douleurs abdominales. Mais il est possible de pouvoir agir sur celles-ci. En effet, grâce à un travail sur les ressentis, la sophrologie permet de diminuer l’intensité de ses douleurs. Une manière accessible d’améliorer leur bien-être et leur qualité de vie.

 

 

  • Aide les femmes à renouer avec leur corps

Il est vrai qu’agir sur les douleurs est primordial pour une femme atteinte d’endométriose, mais ce n’est pas suffisant. La sophrologie permet à la patiente de retrouver un lien avec son corps, au-delà du lien avec la douleur et la maladie, par la relaxation, la détente musculaire et par la respiration. Au fil des séances, la patiente retrouvera une bienveillance vis-à-vis de son corps, lui permettant de renouer avec sa vitalité.

  • Réduit le stress

Le stress est une réaction de l’organisme lorsque celui-ci est dans une situation de tension nerveuse relativement forte et souvent traumatisante chez l’individu. Les femmes vivant des situations de stress intense sont souvent plus susceptibles de ressentir plus fortement les symptômes de l’endométriose. La sophrologie, étant basée sur des techniques de respiration, de relaxation et d’accompagnement psychocorporel permet une véritable gestion du stress au quotidien.

 

Déroulement d’une séance

Une séance de sophrologie se déroule en trois temps. Elle débute par un court dialogue, qui cède vite la place à la pratique.

– Le dialogue pré-sophronique : moment d’échange sur les avancées depuis la séance précédente. Le sophrologue en profite pour expliquer le déroulement de la séance du jour (ses objectifs, bénéfices et son protocole).

– La pratique : exercices d’écoute du corps et de visualisation en techniques statiques ou dynamiques.

– Le dialogue post-sophronique : moment ou le pratiquant s’exprime sur le vécu de l’exercice (ressenti, sensations, objets de visualisation).

Vous souhaitez prendre rendez-vous avec une sophrologue ? Laurie Lejeune, notre sophrologue spécialisée en endométriose et adénomyose, vous accompagne afin de mieux-vivre la maladie.

 

consultation diététique follow métros

La diététique est une pratique qui s’intéresse à l’alimentation équilibrée. Elle étudie l’ensemble des règles qui doivent régir l’alimentation de l’être humain. Elle est parfois qualifié de « science qui analyse les rapports entre la nourriture et la santé. La diététique est le moyen le plus naturel pour conserver ou retrouver son poids, mais également préserver ou améliorer sa santé. Dans cet article, nous parlerons essentiellement du rapport entre la diététique et l’endométriose. D’ailleurs  il est également possible de prendre rendez-vous avec l’un de nos paramédicaux sensibilisés à l’endométriose.

Comment se déroule une consultation ?

Une diététicienne – nutritionniste, vous accompagne dans la mise en place d’une alimentation adaptée à l’endométriose. Ensemble, vous suivez progressivement la diminution de vos douleurs, troubles digestifs, votre fatigue, et perte/prise de poids. Les bénéfices apportés par un changement alimentaire varient d’une femme à l’autre. Pour être pleinement efficace, la prise en charge est avant tout personnalisée, progressive et adaptée à vos besoins.

 

La première consultation est surtout le temps de la rencontre. La diététicienne à besoin d’un maximum d’informations vous concernant (médicales, alimentaires, hygiène de vie…).

Une première analyse alimentaire sera faite, et selon celle-ci, les points suivant seront à améliorer : 

  • Les principaux aliments inflammatoires
  • Les perturbateurs endocriniens
  • Les additifs et l’alimentation industrielle

Les suivis sont espacés de 2 semaines à un mois au début, avec mise en place si nécessaire d’un carnet alimentaire agrémenté de l’évaluation des symptômes. Vous faites le point à chaque consultation sur l’évolution de votre alimentation, vos difficultés et vos symptômes. Le but n’est pas de tout supprimer d’un coup et de faire de vos repas un moment frustrant, contraignant, mais de tester votre tolérance aux différents aliments.

Diététique et endométriose : comment la diététique influence vos symptômes ?

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique inflammatoire. Les fortes douleurs, l’inconfort digestif et ou les menstruations inhabituelles en sont des symptômes caractéristiques. Les hormones et la fonction métaboliques ont un rôle à jouer dans la survenue des symptômes. L’alimentation et la micro-nutrition permettent d’agir à ce niveau. Une alimentation anti-inflammatoire, accompagnée d’une complémentation vitaminique spécifique peut considérablement améliorer votre qualité de vie. De nombreux témoignages de patientes abondent dans ce sens.

Conseils : les aliments à favoriser et ceux à éviter

À favoriser :

  • Les bonnes graisses (oméga-3) : les oléagineux (amandes, noix, noisettes)
  • Les poissons gras comme les sardines, le hareng ou le maquereau
  • Légumes (vert en particulier) 
  • Fruit, notamment les agrumes
  • Privilégiez les produits biologiques pour éviter d’apporter des toxines à son corps (résidus de pesticides et autres substances chimiques).

Bien que l’alimentation anti-inflammatoire ne puisse à elle seule résorber une inflammation chronique, elle n’en est pas moins une alliée pour réguler la maladie et surtout pour éviter une aggravation des symptômes.

À éviter :

  • Les aliments riches en graisses saturées : le beurre, la crème, le fromage, la viande rouge, la charcuterie et les sucreries.
  • Les aliments contenant des additifs.
  • Les aliments transformés contiennent des sucres raffinés, du sel en excès, des graisses saturées, des additifs, des conservateurs, des colorants. Dans cette catégorie on retrouve les aliments tels que la pâte à tartiner, les céréales du petit déjeuner, les viennoiseries, les gâteaux, les bonbons, les plats tout prêts comme les quiches, les pizzas, le fast-food, etc.
  • Le gluten.

La liste précédente est non exhaustive. Si vous êtes atteinte d’endométriose nous vous recommandons tout de même de consulter un professionnel.

 

Follow Metrios met à disposition une plateforme de téléconsultation avec des paramédicaux sensibilisé à l’endométriose. Il est notamment possible d’y retrouver Delphine Le Brun : diététicienne / nutritionniste, elle vous accompagnera dans la mise en place d’une alimentation adaptée à l’endométriose mais également pour une prise en charge personnalisé, progressive et adaptée à vos besoin. 

 

lutter contre les douleurs de l'endométriose grâce aux cures thermales

Peu de femmes le savent, mais la cure thermale est un moyen alternatif à la prise de médicaments. Néanmoins, cela reste un acte médical, mais sous une forme différente. Elle permet de traiter une pathologie grâce à un parcours de soins ciblés. L’endométriose, est une maladie gynécologique chronique qui touche près d’une femme sur dix. Peu connue, et difficile à diagnostiquer, elle entraîne troubles et douleurs. Elle peut également amener à un risque d’infertilité. Il n’existe pas de traitements définitifs, néanmoins, la cure thermale se présente aujourd’hui comme une alternative globale, efficace et naturelle, grâce à l’effet antalgique de l’eau thermale. 

Les soins et les bienfaits de la cure thermale 

L’eau thermale est riche en soufre ce qui permet la cicatrisation des plaies causées par l’inflammation de l’endomètre et soulage les douleurs que la maladie provoque. 

  • 1er et 2e soins : la baignoire à bulles

La patiente va pouvoir se détendre dans un bain d’eau de bulles avant d’introduire une canule d’eau thermale soufrée dans la zone à traiter pendant un quart d’heure.

  • 3e soin : la pulvérisation

Un aérosol est posé directement au niveau de la muqueuse puis de l’eau thermale est pulvérisée sur le col de l’utérus. Le temps de pulvérisation variera tout au long de la cure pour atteindre les 20 minutes.

  • 4e soin : la douche au jet

Elle soulage les tensions musculaires engendrées par la maladie.

(source : https://www.medecinethermale.fr/contenus-commun/pathologies/gynecologie/endometriose.html) 

soulager les douleurs de l'endométriose grâce aux cures thermales

Quels résultats ?

Les bienfaits de l’eau thermale permettent un traitement général des symptômes de l’endométriose. La cure agit sur les douleurs abdominales, améliore la qualité de vie et offre plus de confort lors des rapports sexuels. Le repos lors de la cure thermale ajoute aussi à la relaxation générale et au bien-être. Profitez-en pour vous ressourcer ! Plusieurs cures peuvent être réalisées et nécessaire pour profiter des bénéfices de l’eau thermale. 

Bénéficier et être remboursé d’une cure thermale

La cure est prescrite par votre médecin traitant. Pour être prise en charge par la sécurité sociale, la cure doit avoir une durée de 3 semaines d’affilées, soit 18 jours de cure. Elle sera remboursée sur la base de 65%, le reste pouvant être pris en compte par votre mutuelle.

Quels sont les établissements thermaux à connaître pour un traitement de l’endométriose ?

Une cure thermale prescrite pour le traitement de l’endométriose s’effectue dans un établissement thermal spécialisé relevant de l’orientation thérapeutique Gynécologie (GYN).

Il existe des établissements spécialisés dans le traitement de l’endométriose :

 

Retrouvez le témoigne de Coumba, elle-même bénéficier d’une cure thermale contre l’endométriose. 

Endométriose followmetrios

Selon les études, entre 1 femme sur 7 et 1 femme sur 10 serait atteinte d’endométriose. Chaque femme à sa façon d’agir pour améliorer sa qualité de vie pour pouvoir agir sur les symptômes et vivre avec cette maladie. On vous en parle.

Ce qui va changer pour la prise en charge de l’endométriose en 2020 ?

Lorsqu’elle était toujours en poste, Agnès Buzyn avait annoncé le 8 Mars 2019, un plan d’action visant à renforcer et à améliorer la prise en charge de l’Endométriose. Parmi les points évoqués : le manque de spécialiste, l’absence de filières et la faible efficacité des traitements. Un an après, nous attendons toujours que ces mesures soient réellement misent en place.

Consultations obligatoires dès l’adolescence

En France, les patientes sont en général diagnostiquées avec 7 ans de retard. Les premiers signaux peuvent apparaître dès l’adolescence, caractérisés par des règles très douloureuses, c’est d’ailleurs l’un des symptômes principaux. Un diagnostic plus précoce pour identifier les profils à risque permettra de prévenir plus efficacement le développement de l’Endométriose chez ces jeunes adultes.

Amélioration de la recherche

Agnès Buzyn avait déclaré en Mars 2019 que le plan d’action visait également « à renforcer la communication scientifique […] vers la communauté des professionnels et chercheurs pour valoriser la recherche dans ce domaine » En effet, identifier les facteurs de risque et causes de l’endométriose pourrait être un enjeu clé dans le traitement de la maladie. Une connaissance fine de ces mécanismes laisse envisager une meilleure prise en charge des patients, qui passe par :

  • Un diagnostic plus efficace
  • Des filières/centres spécialisées
  • Des traitements qui permettent de guérir de la maladie/diminuer les symptômes sans effets secondaires, un suivi de qualité

Les petits gestes du quotidien pour de grands résultats demain

La maladie n’ayant pour le moment aucun traitement, il est cependant possible d’agir sur celle-ci avec différents moyens, passant par de petits gestes au quotidien, aux médecines douces.

Médecine douce

médecine douce pour lutter contre l'endométriose followmetrios

Sans parler de traitement médicamenteux, mais en parallèle de ceux-ci, il est intéressant d’aborder la question de la médecine douce. Elle se concentre essentiellement sur le corps et l’esprit. La majorité des médecines douces sont indiquées en cas de gestion du stress/inflammations et peuvent avoir des résultats réellement efficaces. Avant toute initiative, il faut en parler à son médecin pour éviter de possibles contre-indications. Voici notre liste (non-exhaustive).

  • Ostéopathie et kinésithérapie

Souvent les plus pratiquées et les plus recommandées. En agissant à la fois sur les plans physique et psychologique, l’ostéopathie lutte contre le stress et permet de détendre en profondeur le corps, les échanges de flux le long de la colonne vertébrale, et même d’agir directement sur l’intensité des douleurs. La kinésithérapie peut également intervenir sur les douleurs, mais aussi permettre un maintien de l’exercice physique adapté.

  • Acuponcture et réflexologie plantaire

La médecine traditionnelle chinoise et la réflexologie plantaire peut apporter les mêmes bienfaits que l’ostéopathie sans avoir à agir directement sur l’endroit douloureux et donc éviter de déclencher des crises supplémentaires, ce qui peut être intéressant pour une femme atteinte d’endométriose.

  • Homéopathie, phytothérapie, naturopathie et aromathérapie

Ces médecines douces sont un allié précieux contre l’endométriose. Elles ne peuvent pas la soigner ou la guérir, mais ont une action concrète sur les douleurs, la fatigue, la dépression, ménopause et petits tracas quotidiens associés (nausées ; maux de tête ; déprime ; épuisement psychologique ; infections urinaires). Ce qui est non négligeable.

  • Sophrologie, hypnose, méditation, présence d’un animal, activités créatrices…

Bénéfices psychologiques : réduction du stress, la lutte contre la dépression et l’isolement, la possibilité d’avoir un échappatoire/défouloir, la gestion des douleurs chroniques ou aigües sont un petit aperçu des bienfaits de ces approches.

Alimentation anti-inflammatoire

alimentation anti-inflammatoire endometriose

Améliorer sa qualité de vie passe par les gestes habituels et souvent insignifiant du quotidien ; comme l’effet de l’alimentation sur les douleurs. Oui, il est possible de diminuer ou éviter les aliments qui semblent augmenter vos douleurs et donc provoquer une inflammation. Pour certaines femmes, par exemple, supprimer les produits laitiers rend le quotidien moins compliqué, mais cela est différents pour chaque femme. Pour le savoir nous vous conseillons de prendre rendez-vous auprès d’un médecin diététicien peut vous aider à déterminer les aliments qui sont inflammatoires pour votre organisme.

A voir : Yasmine Candau vous conseils pour gérer les douleurs de l’endométriose dans Le Parisien TV

journée international du droit des femmes
,
Préambule de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Bonjour à toutes ! Comme vous avez pu le lire, l’entendre un peu partout, nous célébrons aujourd’hui la Journée Internationale des Droits de la Femme ! Une journée d’action, de sensibilisation et de mobilisation, dédiée à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice.

Ce qui nous apparaît normal voire évident (coucou l’anachronisme) ne l’était (malheureusement) pas pour nos aïeux. Eh oui, jusqu’à très récemment encore, les femmes ne jouissaient pas des mêmes droits que leurs congénères masculins. Que de chemin parcouru. Même s’il reste tant à faire, il faut savoir se réjouir du chemin parcouru et des progrès réalisés. La lecture est un puissant fertilisant, accordez vous 1 minute pour lire ces quelques lignes du préambule de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, écrite par Olympes de Gouges à la mi-septembre 1791.

« Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de la femme, sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de la femme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs, afin que les actes du pouvoir des femmes, et ceux du pouvoir des hommes pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés, afin que les réclamations des citoyennes, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la constitution, des bonnes mœurs, et au bonheur de tous.

En conséquence, le sexe supérieur en beauté comme en courage, dans les souffrances maternelles, reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les Droits suivants de la Femme et de la Citoyenne« .

 

difficulté de travail femme malade

Parler de son intimité peut être très déstabilisant pour certaines personnes (homme ou femme), question de personnalité, d’éducation. Pourtant, les règles sont naturelles, cycliques et régulières, et nécessaires à la reproduction et donc, à la survie de notre espèce ! Alors pourquoi ce tabou autour des règles ? Quelles conséquences à cela et comment tenter d’y remédier ? On traite le sujet avec vous !

Changement, exploration, comparaison et acceptation : de la difficulté de vivre ses règles à l’adolescence

endométriose a l'adolescence

La plupart des jeunes filles ont leurs premières règles entre 11 et 13 ans.

Globalement, les règles arrivent n’importe quand entre 8 et 16 ans. Durant cette période, les ovaires et le placenta commencent à produire l’œstrogène, une hormone sexuelle féminine. Le premier signe visible de la puberté est souvent le développement des seins. S’en suivent la pilosité au niveau de la zone sexuelle, des aisselles et le changement d’apparence de la vulve. Les règles interviennent dans cette temporalité bien particulière, et peuvent être assimilée à un processus éminemment intime, relevant d’avantage du rapport à la sexualité qu’à celui de l’observation d’un cycle de développement classique de l’organisme.

Un travail d’information doit être effectué dés le plus jeune âge, pour faire évoluer cette perception erronée. Education nationale, familles et associations : faisons en sorte que les règles soient un moment à célébrer pour mieux accompagner nos cadettes et ainsi mieux prévenir l’endométriose. Pour déconstruire le tabou, il faut agir sur les perceptions, et donc prendre la parole !

Selon Edita Rebours, créatrice du kit de premières règles Ma Louloute, 1 fille sur 2 n’a pas parlé des règles avant leur arrivée.

Féminisation du secteur de la santé : c’est le moment !

plus de femmes docteur que d'homme

Autre raison pouvant expliquer le tabou autour des règles : la faible présence des femmes aux postes clés du secteur de la santé.

En effet, peu présentes au sein des organes dirigeant des structures étatiques, académiques et de recherche, les femmes n’ont pu à travers les âges orienter le développement de la médecine vers une meilleure compréhension et appréhension des attentes et besoins physiologiques des femmes. Aujourd’hui ce processus est à rebours. Des femmes émergent, en France et dans le monde entier, au sein des instances dirigeantes, permettant ainsi d’explorer nouveaux pans de la médecine, laissant envisager d’important progrès et découvertes dans les prochaines années. Un constat simple, sous représentées dans les années 90, les femmes sont maintenant majoritaires dans la médecine générale. Là où le bât blesse, les PU-PH (professeur d’université), postes prestigieux, sont essentiellement occupés par des hommes.

Les règles, c’est normal, pas la douleur.

les règles douloureuses sont anormales

Avant toute chose rappelons, notamment aux plus jeunes, que les règles sont naturelles ! TOUTES les femmes, jusqu’à un certain âge, ont leurs règles. Le sang menstruel n’est pas sale. Ce n’est pas « dégueu ». Rappelons que les règles douloureuses ne sauraient être considérées comme une situation normale, et encore moins vues comme une fatalité ! En effet, la douleur menstruelle est un symptôme caractéristique de l’endométriose et qui doit vous alerter. Ce symptôme a même un nom : la dysménorrhée. Il est possible d’agir sur l’intensité et la fréquence des épisodes douloureux. Il faut tenter, essayer, analyser et progresser.

On se retrouve chaque jour jusqu’à dimanche pour la semaine d’information et de prévention contre l’endométriose. Vous pouvez nous retrouver sur Facebook également !

semaine européenne de lutte contre l'endométriose

La Semaine Européenne de lutte contre l’Endométriose débute chaque année le 1er lundi de Mars.

semaine européenne de lutte contre l'endométriose

Durant une semaine, du lundi 02 mars au dimanche 08 mars, un grand nombre de contenus/événements seront proposés : télévisions, journaux, sites web et réseaux sociaux. Ces actions visent à informer et sensibiliser le grand public aux réalités de l’endométriose.

Cet événement initié il y a plus de 10 ans grâce au regroupement de plusieurs associations au niveau européen, offre durant 7 jours un rayonnement international aux actions de sensibilisations mises en places par les associations. Les principales associations proposeront durant toute la semaine des événements de sensibilisation à destination du grand public :

  • conférences publiques,
  • tables-rondes,
  • symposium,
  • émissions de radio, télévision, live internet

 

Follow Metrios sera actif

Cette année, nous avons préparé une série de contenus spécifiquement destiné à la semaine de sensibilisation et d’information sur l’endométriose. Concrètement : des tips pour apprendre à agir positivement sur les symptômes, un dossier qui traite la question des médecins douces et de leur efficacité et enfin l’actualité sur les dernières pistes de traitements innovantes…

Pour ne rien rater, retrouvez nous sur FACEBOOK 🤳👩

Renseignez-vous auprès de l’antenne locale des principales associations nationales (endofrance, endomind, info-endométriose…) sur les événements organisés dans votre région !